Business illusration

Découvrez une manière rapide de profiter des rabais des fournisseurs

Il arrive parfois qu’une offre commerciale incontournable se présente à vous, mais que les délais exigés pour le paiement soient trop cours, ou pire encore… inexistants.

Voilà un moment où votre fonds de roulement joue un rôle crucial. Encore faut-il en savoir assez. Mais heureusement, il existe une solution rapide pour vous procurer le capital dont vous avez besoin.

Par exemple, si votre réseau de fournisseurs offre une vente en bloc d’une durée limitée, vous pouvez profiter de cette offre dans le cadre du programme de financement d’achats de Liquid Capital. Ce faisant, vous n’immobiliserez aucunement votre fonds de roulement pour financer le coût du paiement, ce qui vous permettra de maintenir vos activités quotidiennes intactes.

À qui est destiné le programme de financement d’achats?

Le programme de financement d’achats est une solution très attrayante pour les entreprises qui ont déjà une bonne cote de crédit, mais qui ont peut-être maximisé leurs options de prêt bancaire, ou qui ont besoin d’une solution plus rapide.

Peu importe où se trouve votre fournisseur, vos stocks en transit peuvent être financés. Ces stocks peuvent être destinés à la revente, à l’inventaire ou à la consommation. Vous recevez la marchandise, puis vous payez les factures en vertu du programme de financement d’achats, comme convenu. C’est aussi simple que ça!

Le programme de financement d’achats peut réduire efficacement votre cycle d’exploitation en allongeant les délais de paiement. Si vous avez la capacité de payer selon des modalités normales, mais pas à court terme – ou en l’absence de tout délai accordé par le fournisseur – notre programme peut vous venir en aide.

Exemple du fonctionnement du programme de financement d’achats dans le contexte d’une offre alléchante d’un fournisseur

Jacksons Preserves, dirigée par Meg Jackson, est une entreprise familiale en affaires depuis 30 ans et dont les indicateurs sont au beau fixe au chapitre des ventes, des fournisseurs, de la clientèle et de la cote de solvabilité. Nous en sommes actuellement à la fin du trimestre où Jacksons Preserves doit assumer de nombreuses dépenses et verser des primes salariales. Or, son principal fournisseur vient d’offrir un rabais substantiel sur des stocks excédentaires de matériel de conserve, mais il y a un hic : le paiement est exigé à la livraison (COD), et l’offre suit la règle du premier arrivé, premier servi.

Jacksons Preserves conserve ses stocks pour une moyenne de 14 jours avant l’expédition, exige 30 jours nets pour le paiement de ses factures, et est payée elle-même après 60 jours en moyenne. Si l’entreprise décide de profiter de l’offre, elle risque d’être à court de capital après avoir payé ses factures.

Rappel sur le cycle d’exploitation :

Grâce à l’information ci-dessus, nous pouvons calculer le cycle d’exploitation pour Jacksons Preserves, qui nous indique combien de jours il lui faut pour transformer ses achats de stocks en liquidités. Ce nombre (le « CE ») est un indicateur clé que les prêteurs et autres fournisseurs de services financiers utilisent pour évaluer le niveau de risque potentiel. Si vous voulez en savoir plus sur les variables ci-dessous, nous vous invitons à consulter les détails fournis dans la Partie 1 de notre série sur le cycle d’exploitation.

Comment le programme de financement d’achats fonctionne dans ce cas

Jacksons Preserves se tourne vers son partenaire Liquid Capital pour utiliser le programme de financement d’achats et profiter de l’entente avec le fournisseur, pendant qu’elle a cours. Liquid Capital paie le fournisseur directement, ce qui accorde 30 jours supplémentaires à Jacksons Preserves pour régler son dû dans le cadre de la transaction. Elle gagne ainsi du temps pour se procurer des fonds de roulement grâce à d’autres ventes.

Voici à quoi ressembleraient les calculs du cycle d’exploitation en comparant le recours au programme de financement d’achats à une situation sans aucune aide de Liquid Capital. On constate que l’amélioration est spectaculaire.

CE ORIGINAL À L’AIDE DU PROGRAMME DE FINANCEMENT D’ACHATS
CE = DÉS – DCF + DRCC CE = DÉS – DCF + DRCC
CE = 14 – 0 + 60 CE = 14 – 30 + 60
CE = 74 jours CE = 44 jours

Amélioration du CE de 30 jours

Dans ce cas-ci, Jacksons Preserves dispose de 30 jours de plus pour régler les dépenses liées à son entente d’approvisionnement. En profitant du rabais, ses frais de production ont diminué, et ses profits ont augmenté. Voilà qui compense amplement les frais de la solution de financement à court terme.

Pour obtenir plus d’information sur le cycle d’exploitation, la manière de le calculer et les stratégies à la portée de votre entreprise : 

Partie 1 : Une formule pour déterminer le cycle d’exploitation de votre entreprise

Partie 2 : Sept tactiques en matière de flux de trésorerie que tous les pros des finances devraient connaître       

Partie 3 : Comment tirer parti de vos actifs pour accéder à du financement

Partie 4 : Comment satisfaire ses fournisseurs tout en gardant l’argent dans ses poches

Business illusration

Learn This Quick Way to Take Advantage of Supplier Discounts

cash cycle

Sometimes you’ll come across a business deal that’s too good to pass up, but the payment terms are too short, or worse yet…there are no terms.

That’s the time when working capital is crucial, and there’s a quick solution to get you the necessary capital.

For instance, if your supplier network offers a limited-time bulk sale, you can take advantage of that deal with the Purchase Financing Program (PFP). This doesn’t tie up any working capital to finance the cost of the payment, so you can keep your day-to-day operations intact.

Who is the Purchase Financing Program made for?

PFP is a very attractive solution for companies that already have a strong credit rating but may have maxed out their bank loan options, or need a faster solution.

No matter where your supplier is located, your in-transit inventory can be financed. That inventory can be goods for resale, inventory or consumption. You receive the goods, then pay the PFP invoices as agreed. It’s that simple.

The Purchase Financing Program can effectively reduce your CCC by extending your purchase terms. If you have the ability to pay in regular terms, but not the short or no terms set out by the supplier, this program can help you.

Example: How PFP can lock in a great supplier deal

Jacksons Preserves, run by Meg Jackson, is a 30-year family-run business with excellent sales, suppliers, a dedicated customer base and a strong credit rating. It is currently quarter-end when Jacksons pays out many expense and payroll bonuses, and their main supplier has just offered a deep discount on an overstock of canning supplies. The catch? Payment is required on delivery (COD), and it’s first come, first served.

Jacksons holds inventory for an average of 14 days before shipment, has a standard net-30 day payable terms, and gets paid on average after 60 days. If they take the discount, they’ll be left tight on capital after also paying the bills.

Cash Cycle Reminder:

With this bit of information, we can calculate the “cash cycle” for Jacksons Preserves, which tells you how many days it takes them to turn their inventory purchases into cash. That number (known as the CCC) is one key indicator that lenders and other financial providers use to assess your potential risk level. Want to learn more? Get all the details and figures in part one of our cash cycle series.

How PFP works in this case

Jacksons calls up their Liquid Capital partner to use the Purchase Financing Program and snag this supplier deal while it lasts. Liquid Capital pays the supplier directly, deferring Jacksons’ payables outstanding for this transaction to 30 extra days, giving them time to gain working capital from other sales.

Here’s how the cash cycle calculations would look when comparing PFP to an ordinary situation. It’s quite a dramatic improvement.

ORIGINAL CCC USING THE PURCHASE FINANCING PROGRAM
CCC = DIO – DPO + DSO CCC = DIO – DPO + DSO
CCC = 14 – 0 + 60 CCC = 14 – 30 + 60
CCC = 74 days CCC = 44 days

Improved CCC by 30 days

 

In this instance, Jacksons Preserve will have an extra 30 days of breathing room to pay the expense on their supply deal. By taking advantage of the discount, their production expenses will decrease and profits will likely increase. This more than pays for their short-term financing solution.

 

More in the Cash Cycle Series:

Part 1: How to Determine Your Company’s “Cash Conversion Cycle” 

Part 2: 7 proven cash flow tactics every CFO needs to know          

Part 3: Leverage your assets to grow your working capital

Part 4: Keep suppliers happy and the cash in your pocket

Two male workers in a factory

Air Oasis

Two male workers in a factory

Une bouffée d’air frais sur le plan financier

Pour faire croître une entreprise, il faut avoir une vision, de l’ambition et du talent. Mais une fois que la croissance se pointe le nez, il faut aussi du capital. Voilà où en était le propriétaire d’Air Oasis, Kaleb Zeringue, quand il a décidé d’intégrer Liquid Capital à la stratégie financière de son entreprise.

Air Oasis est une entreprise d’installation de systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) basée en Floride. Depuis quelque temps, elle s’appliquait à acquérir des clients commerciaux afin de compléter sa forte clientèle résidentielle. Dans cette optique, Air Oasis cherchait à pénétrer le marché hôtelier de la Floride, en offrant la mise à niveau des systèmes de traitement de l’air. Les efforts de Kaleb Zeringue ont porté leurs fruits, et l’entreprise a décroché des contrats d’installation auprès de Marriott International. En vertu de ces contrats, Marriott aurait recours à une firme de génie pour concevoir et commander de nouveaux systèmes de traitement de l’air pour certains établissements hôteliers, dont le Marriott Courtyard situé à proximité de la clinique Mayo de Jacksonville. Une fois le nouvel équipement sur place, Air Oasis se chargerait de l’installation dans un délai d’une à deux semaines.

Avec un carnet de commandes bien rempli et qui grossissait, Air Oasis était à la recherche d’une ligne de crédit pour s’assurer de pouvoir répondre aux exigences de ses clients, ainsi qu’à ses propres besoins en termes de fonds de roulement – notamment au chapitre de la paie. La banque n’était pas en mesure de souscrire le financement, mais elle a conseillé à Air Oasis de s’adresser à Liquid Capital. Il s’est avéré que l’affacturage de comptes clients était la solution idéale pour les besoins de l’entreprise.

« Notre entreprise croissait rapidement. Nous avions décroché un contrat avec Marriott pour six projets d’affilée – représentant une valeur de 150 000 $ – mais nous n’avions pas les reins assez solides pour les mener à bien. En effet, chaque projet nous coûte des milliers de dollars à exécuter, mais avec un calendrier de paiement de 45 à 60 jours, nous ne disposions pas de flux de trésorerie suffisants pour rémunérer le personnel. En l’absence d’un financement très rapide, nous n’aurions probablement pas pu y arriver. »

Kaleb Zeringue, propriétaire, Air Oasis

Tant qu’il y a du travail, il y a de l’espoir

Les projets de mise à niveau confiés à Air Oasis par Marriott prenaient la forme de travaux d’équilibrage de la pression. Il s’agissait de remplacer le système de CVC, de modifier les conduites et d’ajuster la circulation d’air dans l’ensemble de la propriété. Or, un seul mois de travail peut engendrer des débours de 25 000 $, les matériaux revenant aux alentours de 10 000 $. On voit donc que les coûts associés à de tels projets peuvent monter rapidement. Or, dans la plupart des cas, les banques ne souscrivent pas de financement sur la base des comptes clients. La solution de Liquid Capital était donc le moyen idéal pour Air Oasis de réaliser son potentiel.

On sait que Liquid Capital n’hésite pas à mettre la main à la pâte. Ses représentants ont donc visité Kaleb Zeringue aux bureaux d’Air Oasis afin de mieux comprendre ses besoins. L’entrepreneur a bien aimé le concept de l’affacturage et était ravi de constater que la facilité de financement pouvait être de nature ponctuelle, « une entente à la fois » : il ne serait donc pas prisonnier d’un arrangement qui l’obligerait à emprunter au-delà de ses besoins ou de ses souhaits. Le service personnalisé et le degré d’attention de Liquid Capital, ainsi que la proximité géographique du responsable et sa disponibilité, ont fini de convaincre Air Oasis. Une entente de financement – qui génère maintenant entre 75 000 et 100 000 $ par trimestre – a rapidement été conclue, et le contrat avec Marriott a pu aller de l’avant.

« Il s’agit d’une situation extrêmement irritante : vous vous adressez aux banques traditionnelles et elles refusent de vous aider, même si vous disposez de contrats signés avec vos clients. Pour tous ceux qui se trouvent dans cette situation, l’affacturage est une solution miraculeuse. Au lieu de devoir attendre de 45 à 60 jours, nous avons été payés la semaine où nous avons terminé le travail, puis Marriott a remboursé Liquid Capital. Cela fait cinq ou six ans maintenant que nous faisons affaire avec Liquid Capital, et l’affacturage compte toujours pour une grande part de notre succès. »

Kaleb Zeringue

En avoir vraiment pour son argent

Pour les entreprises qui ont la possibilité d’accepter des mandats plus importants et plus lucratifs, mais qui s’inquiètent des flux de trésorerie comme Air Oasis, l’affacturage est une solution efficace. En dépit du faible pourcentage qui revient à Liquid Capital, Kaleb Zeringue estime que les gains – et le paiement rapide – font plus que compenser la perte.

« Liquid Capital m’a donné accès aux flux de trésorerie qui me permettent de trouver de plus gros mandats, de signer des contrats plus importants et de faire plus de profits. Au lieu de me consacrer aux mandats résidentiels où je fais, disons, 1 000 $ par jour, je gagne en moyenne 5 000 $ par jour en travaillant pour Marriott, tout en utilisant et en payant la même main-d’œuvre. Je peux donc conclure des marchés encore plus substantiels. C’est ce que j’appelle une trajectoire ascendante. Maintenant, mon chiffre d’affaires tourne autour de 200 000 $ / 300 000 $ par an. »

Kaleb Zeringue

Planifier pour l’avenir

Pour Air Oasis, la solution d’affacturage de Liquid Capital était porteuse d’avantages qui allaient bien au-delà de contrats plus substantiels. En effet, les entreprises actives dans le marché des systèmes de CVC résidentiels doivent constamment composer avec de faibles marges. Pour passer à la vitesse supérieure, Air Oasis avait besoin de profits plus élevés – comme ceux conférés par un contrat commercial régulier. Ce succès a conduit à la naissance d’un tout nouveau secteur d’activité pour l’entreprise, reposant sur la commercialisation d’un système de surveillance que Kaleb Zeringue a conçu pour les appareils réfrigérants.

« Le contrat passé avec Marriott a été essentiel pour faire progresser l’entreprise, et Liquid Capital a joué un rôle critique pour le concrétiser. Liquid Capital m’a donné satisfaction au-delà de mes espérances. Sa solution m’aide à atteindre mes objectifs d’entreprise. Je n’aurais tout simplement pas pu y arriver sans elle! »

Kaleb Zeringue

 

Recent funding illustration

Recent Fundings – November 2017

workplace expectations mix of images from past to now

See how our workplace expectations have changed since 1946

workplace expectations

What motivates you at the office? How do you approach meetings and group work? Do you challenge authority or look up to them? All of your answers are probably quite different than other generations in the workforce, and unlocking the answers for each generation you deal with can be a solved mystery that will make you more effective in business.

Think how your first boss would have answered those questions. It’s probably quite different. What about that new up-and-comer entering the office this year? They will have an entirely transformed approach.

Unlocking the mysteries: How other generations think

Workplace expectations in business are very different than they were even 20 years ago, and they have hugely changed from those of 50 years past. Six key factors have all contributed to a massive upheaval of what leaders and employees feel they have a right to expect in their work life:

  1. The Rise of Woman Power
  2. Right-brain/Left Brain Thinking
  3. Education
  4. Technology
  5. Confidence
  6. Values

When considered individually, each of these factors have played a role in changing conditions within the business workplace. Together, they have created the perfect environment for the rights and expectations of individuals to become as important as the vision of the leaders and where employers need to keep their staff happy in order to keep them at all.

Taken from Confident Leadership in 21st Century Business: Bridging the Generation Gaps, the following chart offers a comparison of changing workplace expectations in business since 1946. Notice how each generation has their own shift in the way they approach the business world.

 

Category Boomers I Boomers II Gen X Gen Y Gen Z
Birth Year 1946-1954 1955-1965 1963-1980 1980-2000 1995-
Coming of Age 1967-1975 1976-1986 1984-2001 2001-2021 2008-
Meeting Style Value meetings and opportunities to brainstorm. Value the invitation to participate, and eager to show themselves capable. Like meetings with a purpose. Don’t like to waste time. Prefer independent time. Prefer short, casual meetings with team activities. Want to be entertained. Eager to participate. Little patience for repetition or delays.
Attitude

Toward Authority

Honor, respect Disillusioned and untrusting Skeptical, suspicious Need to be respected by leaders Need to be valued by leaders
Technology Master it Improve it Enjoy it Employ it Adapt it
Interactive Style Self-absorbed Self-sufficient Self-starting free agents Team player Collaborative
Work is… An exciting adventure An arduous adventure A necessary challenge Meant to be meaningful A means to a better world
Characteristics Driven, optimistic, competitive, think people should pay their dues The “in-it-for-me” group, struggling to compete with Boomers I Latch-key kids, survivors, skeptical, self-reliant Ask why, prefers teamwork and supportive structure, craves feedback and instant gratification Analytical information processors, world-wide collaborators, ready to tackle global issues
Message that Motivates You are important to success You matter We need your ideas You and your co-workers can turn this place around The world needs you

 

One career for life? Not anymore.

Choosing a career for life is no longer the norm. Today, multiple and highly divergent careers are increasingly common.

As little as five years ago, career life expectancies averaged about 10 years. Today we are much closer to half that amount. Job changes happen even more frequently — in fact, two years between companies is the norm. If you last three years in the same job now, you will either be considered the “superstar” or complacent.

Twenty years ago, business people expected to work in an office building, Monday to Friday, and with set hours. Today, workdays and hours are flexible and individuals that can work remotely are considered an asset.

Rather than choosing the corner office with a view, we would rather avoid the stress of commuting and office conflicts by working from home or even from another country. Yet we still value teamwork over individual projects. To make this working style a reality, we can now use new technology to stay connected and productive from anywhere. Ah, technology — that wonderful and ceaselessly advancing opportunity for so much more than conversation at the water cooler.

Do employees have more rights?

In essence, we have gone from employee rights rising from minimal to maximum importance. Employees that once valued security above all else, now “vote with their feet” if they are not satisfied that their psychological needs are being met.

We have moved from predominantly individual work to fully collaborative teams, and our pyramidal hierarchy of business organization is slowly, but surely, morphing into a circular design. Today, employees and leaders alike are looking to be happy, fulfilled, engaged and productive in the workplace. Individual voices, as well as collaborative teams, expect and demand to be heard.

The business that can provide this ultimate workplace culture and fulfill workplace expectations is the one that will attract and retain the best people, at least for today.

 

Business author and speaker, Rosemarie Barnes, highlights the challenges that leaders may face when dealing with multiple generations in one workplace. Learn more about how the generation gaps in business are affecting company health and profits in her book, Confident Leadership in 21st Century Business: Bridging the Generation Gaps, now available on Amazon (US and Canada). Rosemarie can be booked for presentations via rbarnes@confidentstages.com. For more information, visit confidentstages.com.

 


About Liquid Capital

At Liquid Capital, we understand what it takes for small, medium, and emerging mid-market businesses to succeed – because we’re business people ourselves. Our company is built on a network of locally owned and operated Principal Offices, so whenever you’re talking to Liquid Capital you’re talking directly to your funding source and a fellow business person.


Featured image via Daniel X. O’Neil 

How Lending Fees and Terms Matter – Part One

Not all alternative or asset-based lenders are equal.  Our industry relies on high quality referrals and for that reason it is imperative that referral partners and prospective clients themselves become familiar with the terms and fees that make each alternative lender different.  Appearances might be very misleading.

Terms, fees and responsiveness are generally the most relevant aspects of the relationship between us and our clients.  As their funding partner, clients rely on our ability to support their growth, seize new opportunities, cover immediate financial needs and sometimes provide a life line.  We take these relationships very seriously and so should our referral partners and prospective clients, therefore we will cover some of the key elements regarding alternative business lending terms and fees.

Pricing is often a top concern for our clients whether they are interested in asset-based lending, factoring of AR, PO and inventory financing, equipment financing or leasing.  Unfortunately, the apparent “ticket price” is very frequently misleading.  Many alternative lenders have a number of different fees, some are disclosed at closing when everyone is rushing to get funding done.  Even worse, fees are frequently hidden in sophisticated lawyerly language that hardly anyone can understand.

Fees are generally split in 3 phases, at the time of application, during the relationship and upon termination.  Application fees normally include origination, underwriting, legal and sometimes appraisal and/or audit fees.  Only occasionally these are waived as they cover actual costs incurred.  However, I have seen these range significantly between lenders.  Application fees must be fully discussed prior to any engagement as they can get very expensive.

Fees charged during the relationship may include processing, discount, cost of funds, delays, misdirection, missing information, funds employed, anniversary, wire and the list goes on and on.  Some of these fees could be considered hidden and can be extremely confusing to the client.  To make it worse, these may be unexpected causing cash flow problems as well as complicating budgeting and planning.  Unfortunately, these fees can stack on top of each other and may be assessed with little to no transparency to the client.  Some fees can also be affected by floating days, or may apply in blocks of days rather than daily.

Termination fees may be assessed too.  These apply when the lender offers a facility with a minimum term period and the client wants to terminate it earlier.  Business owners and referral sources should be very cautious with these fees, particularly in situations when the company is planning on moving on to conventional lending.  Unfortunately, I have seen termination fees that are extremely onerous, up to 40% of the yearly fees incurred.  Sometimes the lender rolls the termination date indefinitely, locking the client in the relationship and thwarting its transition.

I hope you learned something valuable today.  In the next edition we will cover what terms should be carefully looked at when comparing alternative lending options.

workplace expectations mix of images from past to now

Comment nos attentes en milieu de travail ont changé depuis 1946

workplace expectations

Qu’est-ce qui vous motive au bureau? Comment abordez-vous les réunions et le travail en groupe? Est-ce que vous contestez l’autorité ou vous prosternez-vous devant vos patrons? Vos réponses sont probablement très différentes de celles des autres générations présentes sur le marché du travail. Mais savoir déchiffrer les motivations de chaque génération avec qui l’entreprise interagit est la clé pour être plus efficace en affaires.

Pensez à la façon dont votre premier patron aurait répondu à ces questions. Ses réponses se seraient probablement révélées bien différentes. Et qu’en est-il de cette nouvelle recrue ambitieuse qui a fait son entrée au bureau cette année? Son approche du travail risque d’être totalement divergente par rapport à la vôtre!

Résoudre l’énigme des autres générations

Les attentes en milieu de travail dans le monde des affaires sont très différentes de celles d’il y a 20 ans, et elles ont énormément changé au cours des 50 dernières années. Six facteurs clés ont tous contribué à un bouleversement massif de ce que les leaders et les employés estiment avoir le droit d’attendre de leur vie professionnelle :

  1. L’ascension du pouvoir des femmes
  2. La réflexion axée sur l’hémisphère droit / l’hémisphère gauche du cerveau
  3. Les études
  4. La technologie
  5. La confiance
  6. Les valeurs

Lorsqu’on les examine individuellement, chacun de ces facteurs a joué un rôle dans l’évolution des conditions de travail. Ensemble, ils ont créé l’environnement parfait pour que les droits et les attentes des individus deviennent aussi importants que la vision des leaders – et pour que les employeurs se préoccupent de garder leur personnel heureux afin de le conserver.

Tiré de l’ouvrage Confident Leadership in 21st Century Business: Bridging the Generation Gaps, le tableau suivant présente l’évolution des attentes en milieu de travail dans les entreprises depuis 1946. Remarquez que chaque génération affiche ses propres divergences dans sa manière d’aborder la vie professionnelle.

Catégorie Boomers I Boomers II Gen X Gen Y Gen Z
Année de naissance 1946–1954 1955–1965 1963–1980 1980–2000 1995–
Arrivée sur le marché du travail 1967–1975 1976–1986 1984–2001 2001–2021 2008–
Style de réunion Valorisent les réunions et les occasions de brasser des idées. Valorisent l’invitation à participer et désireux de se montrer capables. Apprécient les réunions ayant un but défini. N’aiment pas perdre leur temps. Préfèrent être laissés à eux-mêmes. Préfèrent les réunions courtes et informelles avec activités d’équipe. Aiment être divertis. Désireux de participer, mais peu de patience pour les répétitions ou les délais.
Attitude envers l’autorité Honneur et respect. Désillusion et méfiance. Scepticisme et suspicion. Besoin d’être respectés par les leaders. Besoin d’être appréciés par les leaders.
Technologie Ils la maîtrisent. Ils l’améliorent. Ils l’apprécient. Ils la mettent en pratique. Ils l’adaptent.
Style d’interaction Absorbés par eux-mêmes. Autosuffisants. Autonomie et indépen-dance. Esprit d’équipe. Collaboration.
Le travail représente… Une aventure passionnante. Une épopée ardue. Un défi nécessaire. Quelque chose qui doit avoir du sens. Un moyen de changer le monde en mieux.
Caractéristiques Motivés, optimistes et compétitifs; pensent que les employés devraient gagner leurs galons. Préoccupés par leur propre succès; en concurrence avec les Boomers I. Habitués jeunes à se débrouiller, survivants, sceptiques. Demandent « pourquoi »; préfèrent le travail d’équipe et une structure de soutien; avides de rétroaction et de gratification instantanée. Traitent l’information de manière analytique; ce sont des collaborateurs à l’échelle du monde prêts à s’attaquer aux problèmes mondiaux.
Message qui les motive Vous êtes importants pour notre réussite. Votre présence compte. Nous avons besoin de vos idées. Vous et vos collègues pouvez transformer notre milieu de travail. Le monde a besoin de vous.

Une carrière pour la vie? Plus maintenant.

Choisir une carrière pour la vie n’est plus la norme. Aujourd’hui, les carrières multiples et très divergentes sont de plus en plus fréquentes.

Il y a à peine cinq ans, l’espérance de vie professionnelle était en moyenne de 10 ans environ. Aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus près de la moitié de ce nombre. Les changements d’emploi sont encore plus courants – en fait, deux ans au sein d’une entreprise représente la norme. De nos jours, si vous occupez le même emploi pendant trois ans, vous êtes soit considéré comme une « superstar », soit comme une personne qui se complaît dans sa routine.

Il y a vingt ans, les gens d’affaires s’attendaient à travailler dans un immeuble de bureaux, du lundi au vendredi, et à des heures fixes. Aujourd’hui, les jours et les heures de travail sont flexibles et les personnes qui peuvent travailler à distance sont considérées comme un atout.

Plutôt que de choisir le bureau du coin avec une vue imprenable, nous préférons désormais éviter le stress des déplacements et les conflits au bureau en travaillant de la maison, voire d’un autre pays. Pourtant, nous privilégions toujours le travail d’équipe par rapport aux projets individuels. Pour que ce style de travail devienne une réalité, nous pouvons maintenant utiliser les nouvelles technologies afin de rester connectés et productifs de n’importe où. Ah, la technologie – cette merveilleuse et incessante occasion de progresser, qui vaut tellement mieux que les potins échangés autour de la machine à café!

Les employés ont-ils plus de droits?

Essentiellement, les droits des employés sont passés d’une importance minimale à une importance maximale. Et les employés qui, autrefois, valorisaient la sécurité par-dessus tout, n’hésitent plus maintenant à remettre leur démission s’ils ne sont pas convaincus que leurs besoins psychologiques sont comblés.

Nous sommes passés d’un travail à prédominance individuelle à des équipes entièrement collaboratives, et la pyramide organisationnelle se transforme lentement, mais sûrement, en un modèle circulaire. Aujourd’hui, les employés comme les leaders cherchent à être heureux, comblés, engagés et productifs dans leur milieu de travail. Les individus comme les équipes collaboratives s’attendent à être entendus et exigent de l’être.

L’entreprise qui peut offrir cette culture optimale et répondre aux attentes en milieu de travail est celle qui saura attirer et retenir les meilleurs employés, du moins pour le moment.

Auteure d’ouvrages sur les affaires et conférencière, Rosemarie Barnes met en évidence les défis auxquels les leaders peuvent être confrontés lorsqu’ils interagissent avec plusieurs générations dans un même milieu de travail. Pour en savoir plus sur la manière dont le fossé entre les générations affecte le bon fonctionnement et les bénéfices des entreprises, nous vous invitons à lire Confident Leadership in 21st Century Business: Bridging the Generation Gaps, un ouvrage maintenant offert sur Amazon (au Canada et aux É-U.). Pour inviter Rosemarie Barnes à titre de conférencière, écrivez à l’adresse rbarnes@confidentstages.com. Pour plus d’informations, visitez confidentstages.com

Mix vies of NYC and graphs

Votre investisseur «providentiel» mérite-t-il ce titre?

angel investor

Vous les avez vus à la télé – ces investisseurs providentiels tirés à quatre épingles et à la voix enjôleuse, qui brillent par leur forte personnalité et roulent sur l’or. Bien sûr, ils débordent de charme, et leur sens aigu des affaires se reflète dans leur feuille de route. Mais les « requins » et « dragons » de ce monde sont-ils vraiment les bons partenaires pour vous dans votre prochaine entreprise commerciale?

Oui – et en partie à cause du succès éclatant des émissions « Shark Tank » et « Dans l’œil du dragon » –, les investisseurs providentiels restent une possibilité lorsque les jeunes entreprises et PME se cherchent des fonds. En fait, l’investisseur providentiel typique peut fournir entre 25 000 $ et 100 000 $ de financement – ce qui représente une participation importante dans une entreprise. Mais cet investissement en vaut-il la peine, et y a-t-il des coûts ou des risques cachés associés à une telle relation d’affaires?

Il ne fait aucun doute que, dans bien des cas, les investisseurs providentiels peuvent faire bénéficier l’entreprise d’une expérience considérable. En effet, ils savent comment faire croître une entreprise, jouissent d’un sens des affaires aiguisé, ne craignent jamais l’inconnu et ont une merveilleuse capacité à assumer ce que les autres peuvent considérer comme étant un risque. Ajoutez à ce portrait flatteur des poches bien garnies et vous avez le mode d’emploi pour générer d’énormes rendements.

Cependant, ce ne sont pas tous les investisseurs providentiels qui ont vos intérêts à cœur. Soyez à l’affût des six types d’investisseurs suivants qui peuvent dans les faits relever davantage de la calamité que de la providence.

Le mouton peureux qui n’avance pas sans son troupeau

Vous avez probablement besoin d’un financement rapide et n’avez pas de temps à perdre avec des personnes qui ne sont pas vraiment décidées à investir. Après tout, il ne s’agit pas de leur vendre une voiture d’occasion. Pourquoi donc tous ces atermoiements? Alors, ne vous encombrez pas d’un mouton qui n’avance pas.

« La dernière chose que souhaitent les entrepreneurs qui fondent une entreprise, c’est de perdre du temps inutile. Un « non » ferme vaut bien mieux qu’un « je vais y penser » ou « nous allons considérer votre affaire ». Si vous avez l’impression qu’un investisseur vous fait marcher, écoutez votre instinct », de conseiller Jenny Q. Ta du site Fast Company. « Il y a de bonnes chances que ces investisseurs frileux aient peur de s’engager tant qu’ils ne sauront pas qui d’autre se ralliera à vos troupes. Méfiez-vous donc de ces « pseudo-lions » qui ne sont en fait que des moutons. »

Le requin vorace qui veut votre peau

Vous avez sans doute vu cette scène dans les téléréalités : un candidat entrepreneur présente brillamment un produit, mais il ne se souvient pas de tous les chiffres et de toutes les statistiques à l’appui de ses prétentions. C’est alors que le « requin » flaire la proie facile et passe à l’attaque.

Selon Martin Zwilling de Business Insider, « il s’agit du vilain ultime dont la seule intention, en participant à l’investissement dans la phase de démarrage, consiste à profiter de ce qu’il perçoit comme étant un manque d’expérience de l’entrepreneur en matière de financement et de négociation. Si la liste des obligations qu’on vous impose en retour de l’investissement vous donne des bouffées d’angoisse, il serait peut-être approprié de décliner respectueusement l’offre ».

L’écureuil avide pour qui rien n’est jamais assez

Les investisseurs providentiels sont naturellement plus tolérants au risque, mais ils peuvent s’attendre à ce que vous le soyez aussi. Avec un risque élevé vient un potentiel de rendement plus fort, et « l’écureuil avide » voit à ses intérêts comme pas un. Soyez avisé que ce type d’investisseurs s’attend à des gains plus importants que l’investisseur moyen. Un gros sac de noix ne lui suffit pas, il lui en faut dix!

« Il n’est pas rare qu’un investisseur providentiel s’attende à un taux de rendement égal à dix fois l’investissement initial au cours des cinq à sept premières années », déclare Murray Newlands de Startup Grind. « Lorsque vous êtes tenu de respecter de tels critères, la pression de générer des résultats peut être immense. Si vous envisagez de vous associer à un investisseur providentiel, vous devez donc déterminer si votre entreprise en démarrage est bien en mesure de prendre de l’expansion au rythme auquel l’investisseur s’attend. »

La licorne enjôleuse qui n’en est pas une

Chaque investisseur providentiel a un mentor. Ces créatures rares évoluent dans de hautes sphères. Elles sont très influentes, peuvent recruter d’autres investisseurs et savent quoi faire pour que les marchés se concluent rapidement. Elles peuvent façonner avec brio n’importe quelle idée, mettre en place des montages de financement inédits et littéralement sauver la destinée d’une entreprise. Comme la licorne des légendes médiévales, tout le monde les pourchasse étant donné leurs pouvoirs miraculeux… Ce sont en effet des interlocuteurs recherchés, et pour cause, vu que leur influence est susceptible d’attirer des investisseurs potentiels en provenance d’autres secteurs, voire d’autres pays. Mais attention, toutes les licornes ne valent pas leur pesant d’or…

« Il y a beaucoup de gens qui se font passer pour des « licornes » et qui vous offrent de vous mettre en relation avec de riches investisseurs, moyennant rémunération dans certains cas », met en garde Todd Vernon dans un récent article de la publication Inc. « Si votre « précieuse licorne » n’investit pas réellement son argent, mais agit simplement comme une « entremetteuse » pour agir au nom d’autres investisseurs, faites attention, car ce n’est pas bon signe. »

Le vieux singe qui en sait bien plus long que vous

Les investisseurs expérimentés ont souvent bon nombre d’années d’expérience derrière eux et beaucoup ont développé leur entreprise en révolutionnant complètement leur secteur d’activité, grâce à des méthodes et à des produits innovants. Mais dans certains cas, un tel parcours peut donner à l’investisseur un sentiment d’omniscience : puisqu’il a réussi au-delà de toutes les espérances en traçant son propre parcours, il peut en venir à croire que seule son idée est la bonne. Pour une telle personne, il est parfois difficile de lâcher prise, et de vous permettre de voler de vos propres ailes.

L’astuce consiste à traiter ce type d’investisseurs d’une manière sélective, comme Jonathan Moules l’explique dans un article du Financial Times. « Soyez diplomate lorsque vous recevez les conseils d’un investisseur, et adoptez ses recommandations sur des sujets plus intemporels, style comment trouver un bon vendeur ou comment lancer un produit. Par contre, vous pouvez l’ignorer poliment lorsqu’il se lance dans ses exploits passés dans le monde des affaires et vous dit d’agir exactement comme lui l’a fait. »

La sangsue qui ne démord pas et vous suce l’oxygène

Bien que vous soyez peut-être à la recherche d’un partenaire passif, soyez assuré que la plupart des investisseurs souhaiteront tout de même participer à certains aspects de la gestion de votre entreprise. La « sangsue qui ne démord pas » atteint toutefois de nouveaux sommets dans son emprise. Elle scrute à la loupe chaque aspect de la gestion de votre boîte puis vous « conseille » en long et en large sur la manière de faire avancer vos affaires!

« Les investisseurs providentiels ne vont pas débourser de grosses sommes sans s’intéresser à la façon dont l’argent est utilisé. Si vous vous attendez à ce qu’ils adoptent une approche complètement passive, vous risquez un réveil brutal », prévient Rebecca Lake de Quickbooks. « Il est plus probable que votre investisseur voudra jouer un rôle actif dans la prise de décisions qui influent sur les résultats de votre entreprise. » De prévenir Mme Lake, « si cet investisseur trop collant prend des décisions en votre nom, vous en resterez toujours responsable; et même s’il vous laissait les coudées franches, vous devrez quand même justifier le raisonnement qui sous-tend vos choix ».

Si vous êtes à la recherche de bâilleurs de fonds et d’un financement accru pour votre entreprise, les investisseurs providentiels peuvent toujours être une option. Faites vos recherches et exercez une diligence raisonnable pour savoir exactement avec qui vous faites affaire, ainsi que pour comprendre leurs attentes et ultimement, conclure le bon partenariat de financement. Et si l’entente ne vous convient pas, ne signez pas sur le pointillé tant que vous n’aurez pas examiné toutes vos options.

Il existe par ailleurs d’autres solutions de rechange pour assurer le financement de votre entreprise, comme l’affacturage ou les prêts basés sur l’actif de Liquid Capital. N’hésitez pas à entrer en contact avec nous, afin que nous puissions discuter de toutes les options à votre portée.