Video screenshot

Voyez comment ce pro des finances de Tampa Bay appuie les entreprises en démarrage comme les entreprises établies

Mark Coyle, un responsable de Liquid Capital de la région de Tampa Bay, s’est récemment entretenu sur les ondes de l’émission locale The Consumer Quarterback Show de la situation économique en Floride, et de la manière dont sa franchise peut aider les petites et moyennes entreprises de la région.

En direct de iHeartRadio, l’animateur de l’émission, Brandon Rimes, a discuté avec Mark des différents types de prêt et de financement mis à la disposition des entreprises locales pour les aider à progresser dans la bonne direction.

« Je suis un prêteur local appartenant à un réseau mondial de fournisseurs de rechange. Essentiellement, ce que nous faisons consiste à aider les petites et moyennes entreprises en leur fournissant des solutions de fonds de roulement », explique Mark.

« Dans le marché des consommateurs, lorsque nous faisons affaire avec un propriétaire de petite entreprise pour acquérir un bien ou un service, nous réglons nos achats sur-le-champ. En retour, l’exploitant touchera les fonds le jour même, ou le lendemain.

« Voilà qui est bien différent du commerce interentreprises, où la livraison d’un produit ou d’un service ne donne lieu à un paiement que dans 30, 60, voire 90 jours. »

Mark explique qu’il travaille généralement avec deux types de clients faisant du commerce interentreprises. Le premier type, ce sont ces entreprises aux prises avec des « problèmes enviables » selon les termes employés par Mark. Ces clients en sont au début du cycle de vie de leur entreprise et ont bénéficié d’un prêt de capital de démarrage, mais leur croissance a eu vite fait de dépasser les capacités du prêt.

« De telles entreprises avaient peut-être une croissance projetée de 20 %, mais la croissance réelle a plutôt atteint 100 ou 200 %. Par conséquent, elles n’ont tout simplement pas les fonds de roulement nécessaires pour profiter des opportunités de croissance qui se présentent à elles », de poursuivre Mark.

« Je suis en mesure d’aider de telles entreprises à raccourcir le cycle de vie de leurs comptes clients grâce à l’affacturage et ainsi, de leur avancer la majorité du capital requis en empruntant sur ces créances, afin qu’elles puissent faire face à leurs obligations salariales, combler leurs stocks, continuer à livrer des produits ou des services à leurs clients et croître en fonction de la demande. »

Le deuxième type de clients servis par Mark est constitué d’entrepreneurs ayant bénéficié avec succès de prêts bancaires sur une longue période, mais qui sont maintenant confrontés à un « événement déclencheur » nécessitant un financement supplémentaire.

« Une telle entreprise utilise peut-être un équipement indispensable très coûteux, mais cet équipement vient de rendre l’âme. Le client a donc dû le remplacer, même si cette dépense n’était pas budgétisée… et il se retrouve maintenant sous pression. Or, la banque n’est pas particulièrement chaude à l’idée de lui accorder une ligne de crédit. Mon rôle consiste donc à aider ce client avec, encore une fois, des solutions de fonds de roulement, dans le but d’améliorer son profil financier et de le ramener à une situation plus favorable aux yeux de sa banque. »

Mark explique que ses produits et services ne sont pas en concurrence avec ceux des banques, au contraire : il travaille plutôt avec celles-ci afin de rehausser le profil financier de ses clients et de les rendre plus attrayants en vue d’un financement bancaire traditionnel. Une fois qu’elles ont bénéficié d’un soutien de la part de Liquid Capital Bay Area, les entreprises peuvent présenter aux banques des chiffres beaucoup plus reluisants et accéder ainsi aux sources traditionnelles de financement.

En ce qui concerne l’économie locale de la Floride et de la région de Tampa Bay, Mark fait preuve d’optimisme quant à l’avenir.

« Je pense que l’économie locale se porte très bien. Dans une perspective plus large, je pense que la disponibilité des capitaux n’est pas un problème : au contraire, les capitaux abondent sur le marché… »

Voilà donc une bonne nouvelle par rapport à ces occasions dont les entrepreneurs locaux peuvent profiter grâce au soutien de Liquid Capital Bay Area.

« Nous aidons les entreprises qui tombent dans l’une des deux catégories que j’ai évoquées plus tôt – celles qui suivent une trajectoire de croissance rapide ou celles faisant face à un imprévu. Nous sommes en mesure de leur prêter notre soutien pour qu’elles concrétisent leur croissance ou maintiennent une situation financière durable, en dépit des moments difficiles. »

Brandon a demandé à Mark ce que les propriétaires d’entreprise devraient éviter lorsqu’ils sont à la recherche de financement et d’assistance. Voici ses conseils judicieux :

« Ce que je dirais à un propriétaire de petite entreprise qui dispose d’une opportunité de croissance ou qui fait face à un risque d’insolvabilité – dans un contexte où il n’est pas en mesure d’obtenir du financement bancaire – c’est de sortir des sentiers battus et ne pas s’arrêter à la situation actuelle, car il y a d’autres options.

« Il existe en effet d’autres possibilités en dehors du financement traditionnel.

« J’encourage les entrepreneurs à former un partenariat avec une personne se souciant de leurs intérêts. Personnellement, en tant que propriétaire d’une entreprise locale tissant des partenariats avec d’autres entrepreneurs locaux afin d’améliorer leur situation, je vais refuser un arrangement à tous les coups si ce n’est pas dans le meilleur intérêt du client. Et il m’est arrivé bien souvent de regarder mes clients dans les yeux et de leur dire : « Écoutez, je peux vous vendre un produit qui rapportera de l’argent à mon entreprise, mais qui n’améliorera pas votre situation : vous vous retrouverez ensuite au même point ou dans une situation encore pire. Revenez plutôt me voir dans six mois et nous en reparlerons. » ».

Mark conclut en conseillant aux propriétaires d’entreprise de s’assurer de faire affaire avec un partenaire ayant leurs intérêts à cœur.

« C’est certainement une bonne chose que de traiter localement avec une vraie personne, autour d’une tasse de café… et ainsi de savoir avec qui on fait affaire. Mieux vaut échanger avec un vrai partenaire que d’interagir avec un site Web, un système téléphonique ou un inconnu situé à l’autre bout du pays. »

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *