Cash cycle illustration

Leverage Your Assets to Grow Your Working Capital

cash cycle ABL

82% business failures are due to cash flow problems, according to a U.S. bank study. If your company is spending more money than it’s currently bringing in, you likely have a cash flow problem. It’s very common with the majority of businesses and can signal immediate changes are needed.

For well-established companies with good financial reporting systems, another option exists for improving cash flow and lowering your “cash cycle” – commonly referred to as your CCC. That means you can turn inventory into cash faster, have more liquid cash on hand and grow your business faster.

One financial solution called Asset-Based Lending (ABL) could be a bright solution for your company. Skip ahead if you’re ready to learn more about ABL now.

Quick Recap: What is the cash cycle?

The cash conversion cycle (CCC) tells you how many days it takes for your company to turn your inventory purchases into cash – a strong indicator of your company cash flow. The CCC also helps lenders and other financial providers assess your potential risk level.

Through a fairly simple formula, you can calculate your own company’s cash cycle. The CCC is equal to the number of days it takes to sell your inventory, plus the number of days you need to collect on your sales, minus the days it takes you to pay your vendors.

CCC = DIO – DPO + DSO

DIO Days Inventory Outstanding The average number of days it takes your company to turn inventory into sales. A lower number is better.
DPO Days Payable Outstanding The number of days it takes you to pay your accounts payable. The higher this number, the longer you can hold onto cash. A longer DPO (higher number) is better.
DSO Days Sales Outstanding  The number of days you’ll need to collect on sales of that inventory after the sale has been made. A lower number is better.

 

ABL can dramatically reduce your cash cycle

Asset-Based Lending (ABL) could be your answer, especially if you don’t currently meet bank loan criteria or if you have seasonal and time-sensitive capital requirements.

There are many advantages to ABL. First, it is one of the most option-rich financing alternatives available and allows you to leverage your inventory, equipment, real estate and accounts receivable to secure funding. For larger companies that have strong credit ratings and valuable assets, ABL offers you access to more working capital than many other funding products since it’s based on a percentage of your assets. It could even offer funding as high as $10 million.

ABL is also cost-effective, very flexible and discreet – something that most large companies value. You don’t have to change the invoicing process with your customers, and you can almost immediately access a significant amount of working capital.

How does this impact the cash cycle? By securing ABL funding, a company will effectively reduce their DSO (Days Sales Outstanding) and effectively reduce the number of days it takes to turn their inventory into cash. The company no longer has to wait the full time to collect on their sales, since the ABL delivers that capital much faster.

Example: How ABL can work for companies in real life

Clarence is the CFO of a tool manufacturing enterprise that has a large operating facility including a warehouse, office building and manufacturing plant. He prides himself on their impeccable financial reporting, and averages 60 days for their accounts payable, and 90 days for collections.

The Sales team is working on a huge deal to sell existing inventory in their warehouse, and expects to close that within 45 days. Another big deal is on the horizon that will require the production to ramp up, but cash flow is tight and Clarence needs to find capital to buy all the additional supplies that will be needed.

So he works with Liquid Capital to leverage their manufacturing equipment along with their existing receivables to secure a financing agreement. Liquid Capital approves the deal and advances them the required $2 million in funding 25 days later, taking over their existing receivables. The new deal goes through and Clarence approves the purchase of the required supplies.

ORIGINAL CCC USING ABL
CCC = DIO – DPO + DSO CCC = DIO – DPO + DSO
CCC = 45 – 60 + 90 CCC = 45 – 60 + 25
CCC = 75 days CCC = 10 days

Improved CCC by 65 days

Through Asset-Based Lending, Clarence’s cash flow cycle is dramatically shifted, from 75 days to just 10 days. By freeing up resources, he’s now certain their new deal can go through.

In this example, Clarence was able to access such significant capital by leveraging the company assets in combination with his accounts receivable. For companies in similar situations, it’s worthwhile learning about your options and comparing them against other financing alternatives. By making the most of your options, you could access up to $10 million from Asset-Based Lending with Liquid Capital.

 

Get more information on the cash cycle, how to calculate it and strategic tactics for your company:

Part 1: How to Determine Your Company’s “Cash Conversion Cycle”

cash cycle

Part 2: 7 proven cash flow tactics every CFO needs to know

CFO cash flow

Cash cycle illusration

Comment tirer parti de vos actifs pour accéder à du financement

82 % des faillites commerciales résultent de problèmes de trésorerie, selon une étude de la U.S. Bank. Si votre entreprise dépense plus d’argent qu’elle n’en perçoit à l’heure actuelle, vous avez probablement un problème de flux de trésorerie. Il s’agit d’une situation très fréquente vécue par la majorité des entreprises et pouvant indiquer que des changements immédiats s’imposent.

Mais pour les sociétés bien établies disposant d’excellents systèmes de rapports financiers, une autre option existe pour améliorer les flux de trésorerie et réduire le cycle d’exploitation. Vous pourriez ainsi transformer vos stocks en liquidités plus rapidement, disposer de plus d’argent en main et faire croître votre entreprise plus rapidement.

Récapitulation rapide : Qu’est-ce que le cycle d’exploitation?

Le cycle d’exploitation vous indique le nombre de jours qu’il faut compter dans votre entreprise pour transformer vos achats de stocks en espèces. Le cycle d’exploitation est un indicateur financier important des flux de trésorerie de votre entreprise. Il s’agit également d’une mesure que les prêteurs et autres bailleurs de fonds utilisent pour évaluer votre niveau de risque potentiel sur le plan financier.

Grâce à une formule assez simple, vous pouvez calculer le cycle d’exploitation (CE) de votre entreprise. Le CE est égal au nombre de jours qu’il faut pour vendre vos stocks, plus le nombre de jours qu’il vous faut pour percevoir le produit de vos ventes, moins le nombre de jours dont vous bénéficiez pour payer vos fournisseurs.

CE = DÉS – DCF + DRCC

DES Délai d’écoulement des stocks Il s’agit du nombre de jours requis en moyenne pour que votre entreprise transforme ses stocks en ventes. Plus ce nombre est faible, plus c’est avantageux pour vous.
DCF Délai de crédit fournisseurs Il s’agit du nombre de jours dont bénéficie votre entreprise pour régler ses comptes fournisseurs. Plus ce nombre est élevé, plus vous pouvez conserver vos liquidités longtemps. Par conséquent, plus ce nombre est élevé, plus c’est avantageux pour vous.
DRCC Délai de recouvrement des créances clients Il s’agit du nombre de jours qu’il vous faut patienter pour percevoir le produit de la vente des stocks, après que la vente a été conclue. Encore une fois, plus ce nombre est faible, plus c’est avantageux pour vous.

 

Les prêts basés sur l’actif peuvent réduire considérablement votre cycle d’exploitation

Un prêt basé sur l’actif pourrait être la réponse à vos problèmes de liquidités, surtout si vous ne répondez pas actuellement aux critères de prêt de la banque – ou si vous avez besoin de capitaux de manière saisonnière ou sensible au temps.

Un prêt basé sur l’actif comporte de nombreux avantages. Tout d’abord, il s’agit du mode de financement de relève le plus polyvalent qui soit puisqu’il vous permet de tirer parti de vos stocks, équipements, actifs immobiliers et comptes clients pour obtenir des fonds. Pour les grandes entreprises qui disposent d’une cote de crédit et d’actifs solides, un prêt basé sur l’actif donne accès à davantage de fonds de roulement que les autres produits de financement puisqu’il est fondé sur un pourcentage des actifs. Un financement pouvant aller jusqu’à 10 millions de dollars est même envisageable!

Les prêts basés sur l’actif sont également rentables, très flexibles et discrets – une caractéristique que la plupart des grandes entreprises apprécient. Vous n’avez pas à modifier le processus de facturation auprès de vos clients, et vous pouvez accéder à une abondance de fonds de roulement presque instantanément.

Quel impact peut avoir un prêt basé sur l’actif sur le cycle d’exploitation? Eh bien, en assurant son financement de cette manière, une entreprise sera effectivement en mesure de réduire son DRCC (délai de recouvrement des créances clients) et de réduire le nombre de jours qu’il faut pour transformer ses stocks en liquidités. En effet, la société n’a plus à attendre le temps habituel pour toucher le produit de ses ventes, étant donné que le prêt basé sur l’actif génère ce capital beaucoup plus rapidement.

Exemple : comment un prêt basé sur l’actif peut combler les besoins des entreprises dans la vraie vie

Clarence est le chef des finances d’une entreprise de fabrication d’outils. Celle-ci exploite de vastes installations comprenant un entrepôt, un immeuble de bureaux et l’usine comme telle. Clarence est fier des rapports financiers impeccables de son entreprise et d’un délai moyen de règlement de 60 jours pour les comptes fournisseurs, et de 90 jours pour la perception des comptes clients.

Or, l’équipe des ventes travaille actuellement à une grosse entente qui permettrait de liquider les stocks existants dans l’entrepôt et elle s’attend à conclure le marché dans les 45 jours. Parallèlement, une autre entente d’importance se profile, qui nécessitera une production accélérée, mais les flux de trésorerie sont bas, et Clarence a besoin de trouver des capitaux pour acheter toutes les fournitures additionnelles requises.

Clarence collabore donc avec Liquid Capital pour tirer parti de l’équipement de fabrication ainsi que des créances existantes pour garantir un accord de financement. Liquid Capital approuve l’accord et avance les 2 millions de dollars nécessaires en financement 25 jours plus tard, en prenant en charge les créances existantes. La deuxième entente évoquée plus haut va de l’avant et Clarence approuve l’achat des fournitures nécessaires.

CYCLE D’EXPLOITATION ORIGINAL AVEC L’AIDE D’UN PRÊT BASÉ SUR L’ACTIF
CÉ = DÉS – DCF + DRCC CÉ = DÉS – DCF + DRCC
CÉ = 45 – 60 + 90 CÉ = 45 – 60 + 25
CÉ = 75 jours CÉ = 10 jours

 

 

Le cycle d’exploitation est raccourci de 65 jours.

Grâce au prêt basé sur l’actif, le cycle d’exploitation de Clarence a considérablement diminué : il est passé de 75 à juste 10 jours. En libérant des ressources, il est maintenant certain que la nouvelle entente conclue par l’entreprise pourra aller de l’avant.

Dans le présent exemple, Clarence a pu accéder à des capitaux substantiels en s’appuyant sur les actifs de la société, en combinaison avec ses comptes clients. Les entreprises qui vivent une situation similaire feraient bien d’en apprendre davantage sur les options à leur portée en les comparant avec d’autres solutions de rechange en matière de financement. En effet, en tirant le maximum de vos actifs, vous pourriez toucher jusqu’à 10 millions de dollars de financement grâce à un prêt basé sur l’actif de Liquid Capital!

Pour obtenir plus d’information sur le cycle d’exploitation, la manière de le calculer et les stratégies à la portée de votre entreprise : 

Partie 1 : Une formule pour déterminer le cycle d’exploitation de votre entreprise

cash cycle

 Partie 2 : Sept tactiques en matière de flux de trésorerie que tous les pros des finances devraient connaître           

 

Folders

Plan for the Unpredictable

In my book “The Success Factor” I share with readers how important it is to “Plan for the Unpredictable” as a means of insulating your small business or start-up from the perils of the unexpected. We are witnessing daily the importance of this notion as we watch the horrors of Hurricane Harvey play out in the Gulf coast region of Texas.

It is human nature and so very common to put things off and not plan adequately. Your reasons can go from not really wanting to face-up to the unexpected and ask the hard questions, to the basic “nah….it won’t ever happen to me” However, in the advent that it does, what do you do now?

To avoid this, or at least diminish its potential repercussions on your small business, why not begin by asking yourself “what have I been putting off”? that really needs to be addressed to provide you, your business, and your family, protection from the “unpredictable”?

Start with the basics: insurance. Do you have the adequate life, disability, liability, and workman’s comp coverage to protect you, your business, employees, and family? When examining your particular business, do you have key man insurance, or alternatively D&O (Directors and Officers) insurance to cover certain fiduciary risks you may be exposed to?

Does your small business or family business have a Succession Plan spelled out in the Operating Agreement of your LLC, on how to handle ownership and management succession in the case of your unexpected departure?

In your personal life, in the event of a loss, do you have a Will & Testament, or Estate Plan, spelling out how and who will manage the disposition of your assets, both personal and business, in your absence?

Or at a more simple and business opportunity level, are your Financials (Balance Sheet, P&L, Tax returns) up to date so you can get needed financing when unplanned business opportunities present themselves? I am always shocked when I talk to new or current clients and it is well past mid-year and their previous year Corporate returns are still not done? How can any lender begin assessing their creditworthiness to leverage unexpected business opportunities without last year’s return? This is simply bad planning and shows they’re ill prepared to take their business to the next level. Financing alternatives need to be in place…in case you need them – like now, in the case of the emergencies prompted by Hurricane Harvey, or alternatively, when a new, unforeseen opportunity presents itself.

The notion of “planning for the unpredictable” is one of the many examples of “unconventional wisdom” I detail in my book, and if you want to learn more please contact me directly, or visit me at www.successfactormedia.com and purchase your copy of the “The Success Factor – Unconventional Wisdom for Small Business Success” published by Morgan James Publishing.

Financiamientos Recientes – Septiembre 2017

Recent funding illustration

Financements récents – Septembre 2017

Recent funding illustration

Recent Fundings – September 2017

millennials gen y

Affaires : Le fossé entre les générations et la question des enfants du millénaire

millennials gen y

De nos jours, les propriétaires d’entreprise, employeurs ou leaders du monde des affaires se doivent de connaître les besoins de toutes les générations présentes dans leurs rangs, c’est-à-dire les baby-boomers comme les générations subséquentes dites « X », « Y » et « Z ». Pour établir des rapports efficaces avec employés, clients et parties prenantes, il leur faut comprendre les différences de valeurs entre ces générations – et les motivations qui les animent. Ceci aidera l’entreprise à fonctionner plus efficacement et en définitive, à améliorer ses bénéfices.

Le changement est inévitable… et il arrive plus vite que jamais

Si les générations précédentes ont peur du changement et sont déterminées à maintenir le statu quo, la génération Y et la nouvelle génération Z le perçoivent comme étant stimulant et normal.

On sait que, historiquement, certaines générations ont fait plus de vagues que d’autres. Aujourd’hui, ce sont les enfants du millénaire (également désignés par génération Y) qui ont mauvaise presse. Parmi nombre d’épithètes peu flatteuses décrivant cette cohorte représentant désormais la majorité de la population active, on dit souvent d’elle qu’elle agit comme si tout lui est dû, qu’elle est égocentrique, et qu’elle manque d’attention. Elle serait incapable de survivre sans téléphones cellulaires, aurait grandi avec des jeux vidéo et s’attendrait à tout avoir, tout de suite. Beaucoup disent des membres de cette génération qu’ils ne peuvent prendre une décision sans consulter d’abord toutes leurs connaissances. D’autres encore affirment qu’ils sont carrément paresseux et qu’ils s’attendent à être respectés simplement parce qu’ils se présentent au travail!

Mais ce n’est pas la première fois qu’un tel phénomène se produit, n’est-ce pas?

Revenons un peu en arrière. On se souviendra que les mêmes critiques acerbes ont été formulées à l’égard de toutes les nouvelles générations depuis la fin de la Deuxième Guerre. Pensez aux parents paniqués lorsque Chubby Checker est devenu une vedette. Et que dire du phénomène de « rébellion » causé par les Beatles, ou des jeunes conscrits qui refusaient de servir sous les drapeaux lors de la guerre du Vietnam. Les jeunes ont bouleversé l’ordre établi à chaque passage de génération et ce n’est pas une raison pour s’alarmer, bien au contraire!

En effet, chaque génération apporte une mesure d’innovation qui façonne notre avenir, et le leadership en entreprise peut faire toute la différence pour favoriser cette innovation.

Le leadership stratégique peut venir à bout de toutes les cacophonies

Comme le décrit l’ouvrage Confident Leadership in 21st Century Business: Bridging the Generation Gaps, assurer un rôle de leadership dans le monde des affaires actuel s’apparente à jouer le maître de cérémonie dans un cirque. Avec autant d’artistes sur scène, le maître de cérémonie doit reconnaître les talents de chacun et fournir à tous les outils dont ils ont besoin pour assurer une prestation réussie.

De même, un chef d’entreprise doit reconnaître les différentes générations au sein de son équipe et modifier outils et stratégies pour collaborer avec chacune d’entre elles. Son rôle consiste aussi à découvrir ce qui fait vibrer chacune et à utiliser cette information pour encadrer les capacités du personnel.

En affaires, un leader efficace tiendra compte du fait que la génération X préfère une information soigneusement canalisée, tandis que la génération Y nécessite du mentorat et des louanges pour s’épanouir, et que la génération montante, les « Z », a besoin de comprendre comment ses tâches s’intégreront à l’ensemble.

Nous avons créé les qualités de la génération Y

Bien que certaines personnes puissent percevoir les enfants du millénaire comme étant arrogants et exigeants, n’oublions pas qu’ils ont été élevés différemment des générations précédentes.

Nous leur avons décerné des trophées même quand ils ont perdu, et nous les avons félicités pour toutes les activités qu’ils avaient entreprises. En leur achetant tous ces gadgets électroniques, nous leur avons appris à comprendre l’intérêt des interactions rapides et d’une information instantanée à portée de main. Ils ont profité de chaque occasion pour apprivoiser le monde complexe de l’informatique, et on a chanté leurs louanges pour leur ingéniosité à résoudre les problèmes en un clin d’œil.

Puis, les styles de communications ont changé, et tandis que la génération Y entrait dans l’adolescence, le monde s’est brusquement transformé – des changements sans précédent comparables à ceux de la révolution industrielle sont survenus. Nous avons donc fourni des téléphones cellulaires à nos jeunes afin de pouvoir rester en contact avec eux, des téléphones intelligents avec accès immédiat à Internet, sans oublier les ordinateurs. Ces outils technologiques étant accessibles pratiquement en toute circonstance, ils en ont profité pour apprendre à s’adapter rapidement, à rester branchés sur le monde et à maintenir le contact entre eux à chaque instant.

La génération Z : une nouvelle cohorte qui bouleverse les affaires

Pour sa part, la génération Z n’a jamais connu un monde sans téléphones intelligents ou autres appareils connectés à Internet. Ses membres ont grandi dans un milieu d’instabilité institutionnelle et économique, sont fortement conscientisés à l’épuisement des ressources naturelles et aux changements climatiques, et sont branchés au monde et à leurs pairs par l’intermédiaire des médias sociaux. Ils ont toujours disposé d’une information à portée de main et sont des experts de la technologie et de l’analyse. Ils vont donc bouleverser encore davantage notre façon de faire des affaires. Pas même la génération Y ne sera en mesure d’appréhender facilement cette nouvelle évolution…

Les jeunes gens aiment repousser les limites. C’est ce qu’a fait chaque génération avant eux – et c’est très bien comme ça. Nous leur avons enseigné à essayer de nouvelles choses sans crainte. Nous les avons encouragés à découvrir des moyens novateurs pour atteindre leurs buts. Et cette génération fait preuve de génie. Les chefs d’entreprise découvriront qu’en encadrant la génération Z pour qu’elle trouve sa place dans l’organisation, ils arriveront à mobiliser ses connaissances et son enthousiasme. En définitive, ils pourront ainsi améliorer leurs résultats et grossir leurs bénéfices.

Oui, il est difficile d’encadrer des personnes qui en savent plus long que nous – et oui, ces personnes font les choses différemment. Bien que le souvenir d’un monde sans téléphones cellulaires et ordinateurs personnels soit encore présent à l’occasion, il est difficile d’imaginer les affaires sans de tels outils. L’avenir recèle des possibilités fantastiques, et les idées qui les révéleront proviendront sans doute des membres de la population active appartenant aux plus jeunes générations.

Nous vous encourageons donc à les encadrer et à les guider. Évitez consciencieusement de les brimer en leur imposant un carcan trop étroit. Soyez au contraire reconnaissant du courage de ces générations porteuses du changement.

 

Auteure d’ouvrages sur les affaires et conférencière, Rosemarie Barnes met en évidence les défis auxquels les leaders peuvent être confrontés lorsqu’ils interagissent avec plusieurs générations dans un même milieu de travail. Pour en savoir plus sur la manière dont le fossé entre les générations affecte le bon fonctionnement et les bénéfices des entreprises, nous vous invitons à lire Confident Leadership in 21st Century Business: Bridging the Generation Gaps, un ouvrage maintenant offert sur Amazon (au Canada et aux É-U.). Pour inviter Rosemarie Barnes à titre de conférencière, écrivez à l’adresse rbarnes@confidentstages.com. Pour plus d’informations, visitez confidentstages.com

 

millennials gen y

Generation Gaps in Business: The Abyss of the Millenniums

millennials gen y

Being a business owner, employer or leader in today’s business world requires an awareness of the needs of all the generations in the workforce: the Baby Boomers, Generation X, Y and Z. Whether engaging with staff, clients or stakeholders, understanding the differences in generational values and motivations will lead your business to run more effectively and ultimately improve those bottom-line profits.

Change is inevitable…and it’s happening faster than ever before

Where previous generations were fearful of change and determined to hold onto the status quo, Millennials and the new Generation Z view it as exciting and normal.

Some generations have caused more of a ruckus than others. Today, it’s Millennials (also called Generation Y) that are getting a lot of bad press. Entitled, self-absorbed, and unfocused are typical adjectives swimming in the ocean of negativity that describe our workforce’s majority generation. They cannot survive without their cell phones, have grown up playing video games and expect instant gratification. Many argue that this generation cannot make a decision without consulting everyone they know. Others say they are downright lazy and expect respect just for showing up.

Does all this sound familiar?

It should, because similarly harsh criticisms of each new generation have rung through the rafters since the end of WWII. Think back to the panicked parents when Chubby Checker became popular. Remember the « rebels » created by The Beatles? What about the sacrilegious burning of draft cards? Young upstarts have created chaos with every passing generation, and for that we should be completely grateful.

Each generation brings innovation that shapes our future, and your leadership can make all the difference.

Strategic leadership can tame any circus

confident leadershipAs described in Confident Leadership in 21st Century Business: Bridging the Generation Gaps, taking a leadership role in today’s business world is akin to being a ringleader in a circus. With so many different performers and acts on stage, the ringleader must recognize everyone’s talents and provide them with the tools they need to put on a successful performance.

Likewise, a business leader must recognize the different generations within their team and modify the tools and tactics to work with each of them. A leader’s role is also about uncovering what makes each generation tick, and using that information to direct their abilities.

In business, the good leader is aware that Generation X prefers carefully funneled information, Generation Y feeds on mentorship and praise, and the upcoming Generation Z needs to understand how their tasks fit in with the whole.

We created the qualities of Gen Y

Nevertheless, while some people may see the Millennial generation as entitled and demanding, let us remember, they were raised differently than generations before them.

We awarded them trophies even when they lost, and we lauded them for every activity they undertook. By buying this new generation multitudes of electronics, we taught them to understand the world of quick responses, and have instant information at their fingertips. They took advantage of every opportunity to learn the complex world of computers, and we praised them for their ingenuity in solving problems in a flash.

Communication styles changed, and as Gen Y began to grow into their teens, the world shifted toward a dramatically new direction – with unprecedented changes equal to those of the Industrial Revolution. We provided cell phones so we could keep in touch with them, smartphones with instant Internet access and computers virtually anywhere they went. They took advantage of that technology to learn how to adapt quickly, keep in touch with the world and with each other at every moment.

Gen Z: A newer generation impacting business

Gen Z has never known a world without smartphones, wearables, and a world of Internet-connected devices. They are being raised amid institutional and economic instability, are heavily influenced by depleting resources and climate change, and are globally connected via social media. They have always had information at their fingertips, are masters of technology and analytics, and are going to further change the way the world does business. Not even the Millennials will be able to easily understand this new shift.

Young people push boundaries. It is what each generation before them has done – and it is right to do so. We have taught them to fearlessly try new things. We’ve encouraged them to uncover innovative ways to accomplish their goals. This generation is brilliant. Business leaders will find that leading Gen Z to find their fit in the organization will help harness their knowledge and enthusiasm, ultimately driving results and improving profits.

Yes, it is difficult to manage people who know more than we do – and yes, they do things differently than we did. Although memories of life without cell phones and personal computers surface from time to time, it is hard to imagine conducting business today without them. There are fantastic possibilities still to come, the ideas for which will undoubtedly be created by the younger generations of the workforce.

Mentor them, guide them, studiously avoid micromanaging them, and be grateful for the courage of the generations of change.

 

Business author and speaker, Rosemarie Barnes, highlights the challenges that leaders may face when dealing with multiple generations in one workplace. Learn more about how the generation gaps in business are affecting company health and profits in her book, Confident Leadership in 21st Century Business: Bridging the Generation Gaps, now available on Amazon (US and Canada). Rosemarie can be booked for presentations via rbarnes@confidentstages.com. For more information, visit confidentstages.com.

Application Rejected image

WHERE TO TURN WHEN THE BANK SAYS NO – THE RISE OF ALTERNATIVE FINANCING PRODUCTS

Asset-based lending and other alternative finance products like P.O. financing and factoring are available when conventional financing is unattainable. If you are a small to medium sized business and have a need for a Line of Credit from $250,000 to $15 million and the bank says no, Bob Blades, Principal of Liquid Capital Corporate Finance Inc., is the type of person who may be able to provide assistance.

Click here to read more.

Join us at the West Valley B2B Expo on August 24th

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Liquid Capital Funding Solutions (LCFS) is excited to be exhibiting at this year’s West Valley B2B Expo! Stop by our booth, say hello, and let’s discuss how we can help your business prosper.

The 2017 West Valley Business to Business Expo is being held at the Glendale Civic Center – 5750 W Glenn Drive, Glendale, AZ 85301, on August 24th, from 4:00pm to 7:00pm. Come visit the largest B2B event of the year covering the entire west valley. This event is hosted by all 5 west valley Chambers.

Attendance is free. This will be a great opportunity to collaborate with other businesses. Bring plenty of business cards.

Additional Events for LCFS:

  • Oct. 12th, 2017 – Arizona Small Business Association (ASBA) THRIVE business expo.  
  • May 8th 2018 – Jeromy Cushing will be presenting at the Corporate Companion Speaker Series hosted by Keystone Business Consulting, LLC
  • More to come!