Banner

Summit Retail Solutions

Banner

Summit Retail Solutions

case_study_web_summit

SORTIR DU CADRE POUR RÉPONDRE À LA DEMANDE DU CLIENT

Grâce à l’affacturage et à Liquid Capital, Summit a pu transformer ses comptes clients en liquidités et payer ses deux principales dépenses : les salaires, toutes les deux semaines, et les matières premières (bois), tous les 30 jours.

Avec des commandes totalisant des centaines de milliers de dollars, les affaires tournaient rondement pour Summit Retail Solutions, fabricant de modules d’étalage sur mesure pour certains des plus prestigieux détaillants en Amérique du Nord. L’entreprise avait été fondée à peine deux ans auparavant.

Malgré une forte demande pour ses produits, l’entreprise était aux prises avec un défi de taille : sans antécédents de crédit, elle ne pouvait obtenir un financement bancaire traditionnel, et la ligne de crédit pour petites entreprises dont elle disposait était nettement insuffisante. Les propriétaires avaient épuisé leurs ressources financières et les autres possibilités, et les flux de trésorerie commençaient à se tarir. Faute de liquidités pour remplir les commandes importantes, Summit voyait ses activités menacées par les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement et au paiement des salaires.

« Il faut compter trois mois pour bâtir et livrer nos produits à nos clients, et l’incapacité d’obtenir le financement suffisant nous rattrapait », déplore Ted Hope, ancien copropriétaire de Summit. « Nous avions besoin d’une solution de rechange pour gérer ce cycle. »

Summit savait qu’elle devait sortir des sentiers battus pour obtenir les fonds qu’elle utiliserait pour remplir les commandes en main et soutenir sa croissance. C’est alors qu’elle a commencé à envisager l’affacturage.

« JE CROIS SINCÈREMENT QUE NOUS N’AURIONS PAS CONNU AUTANT DE SUCCÈS N’EÛT ÉTÉ DE LA CAPACITÉ DE LIQUID  CAPITAL  DE  RÉDUIRE  TOUTE LA PAPERASSERIE ET DE PRENDRE EN CHARGE NOS COMPTES CLIENTS. JE RECOMMANDE FORTEMENT CETTE APPROCHE AUX ENTREPRISES QUI ONT BESOIN DE FONDS DE ROULEMENT POUR LEUR CROISSANCE. »

Ted Hope, ancien copropriétaire, Summit Retail Solutions

UN FLUX DE TRÉSORERIE RENOUVELÉ ÉTAYE  LA CROISSANCE

Après avoir examiné l’offre de plusieurs fournisseurs, Summit a arrêté son choix sur la solution d’affacturage des comptes clients de Liquid Capital pour sa créativité à combler les besoins spécifiques de l’entreprise ainsi que pour son service et son soutien exceptionnels.

« C’est une relation plus étroite qu’une relation d’affaires avec une banque, dit Ted Hope. Liquid Capital a appris à connaître notre entreprise. Elle possède la maturité financière voulue et sait pourquoi une entreprise a besoin de financement. Son approche est axée sur la croissance, pas sur les pénalités. Notre relation n’a jamais été  antagoniste. »

Grâce à l’affacturage avec Liquid Capital, Summit a pu transformer ses comptes clients en liquidités et payer ses deux principales dépenses : les salaires, toutes les deux semaines, et les matières premières (bois), tous les 30 jours.

Entre décembre 2012 et juin 2014, Liquid Capital a acheté des comptes clients totalisant 3,0 millions de dollars en plus de 65 financements, atteignant parfois les 400 000 $. Les fonds dont Summit avait besoin pour financer ses activités ont ainsi été rapidement disponibles, et elle a pu offrir à ses clients d’attrayantes modalités de paiement à 45 ou 60 jours.

SERVICE ET SOUTIEN EXCEPTIONNELS

Qu’est-ce qui, selon Ted Hope, différencie Liquid Capital des autres sociétés d’affacturage? Le respect et la retenue dont elle a fait preuve dans toutes ses interactions avec Summit et ses clients.

Ainsi, un client important représentait près de 60 % du chiffre d’affaires de Summit, et l’entreprise a d’abord craint de le perdre. Mais ces craintes se sont vite évaporées grâce au professionnalisme et à l’approche tout en douceur de Liquid Capital. Chaque fois que Liquid Capital a acheté les factures de ce client – près de 50 fois – Summit a simplement préparé la facture au moment de l’expédition, et Liquid Capital a déposé les fonds à la banque à peine deux heures plus tard, donnant ainsi à Summit la capacité de remplir rapidement la commande du client.

« Je ne suis pas convaincu que toutes les sociétés d’affacturage pourraient le faire, ou qu’elles le feraient, déclare Ted Hope. Pour nous, chaque minute compte, et l’affacturage est ce qu’il nous faut. Si vous avez besoin de fonds pour payer les employés, vous pouvez les avoir le jour où vous en avez besoin. De plus, Liquid Capital s’est vraiment occupée du processus de perception des factures, ce qui a contribué à ce que les paiements d’intérêt ne nous étouffent pas. L’affacturage des comptes clients nous a aidés à prospérer dans une situation où cela n’aurait pas été possible autrement. »

Mais le service et le soutien ne se sont pas arrêtés là. Liquid Capital a négocié avec la banque une renonciation au contrat de sûreté générale (CSG) pour le prêt à une petite entreprise déjà consenti à Summit. Elle a aussi préparé un rapport mensuel montrant les sommes consacrées à l’affacturage. La facilité de procéder à l’affacturage transfrontalier était essentielle pour favoriser l’expansion de Summit aux États-Unis.

« AVEC L’AIDE DE LIQUID CAPITAL, NOUS AVONS PU SOLIDIFIER NOTRE JEUNE ENTREPRISE, LA FAIRE CROÎTRE ET L’AMENER À MATURITÉ. ELLE EST AINSI DEVENUE UNE CANDIDATE ATTRAYANTE AU FINANCEMENT BANCAIRE TRADITIONNEL. »

Ted Hope, ancien copropriétaire, Summit Retail Solutions

LA VOIE VERS LE SUCCÈS ET LA CROISSANCE

Puisqu’elle pouvait désormais compter sur des fonds d’exploitation facilement disponibles, Summit a pu conclure des contrats encore plus importants et élargir sa clientèle. Ses ventes ont commencé à grimper presque immédiatement. De fait, au cours des 18 mois de la relation d’affaires entre Liquid Capital et Summit, les ventes ont plus que doublé, passant de 1,4 million à plus de 4 millions de dollars.

Selon Ted Hope, le recours stratégique à l’affacturage des comptes clients est la solution idéale pour maintenir la production lorsque les flux de trésorerie font défaut. Ici, cette solution a donné à Summit la capacité d’accepter des commandes de qualité de ses plus grands clients, sans leur demander des dépôts de garantie. Une fois bien établie, et avec preuves à l’appui, Summit a pu obtenir un financement bancaire traditionnel pour soutenir sa croissance constante.

« FAIRE ÉQUIPE AVEC LIQUID CAPITAL A ÉTÉ CE QUE NOTRE ENTREPRISE POUVAIT FAIRE DE MIEUX POUR GRANDIR ET PROSPÉRER. »

Ted Hope, ancien copropriétaire, Summit Retail Solutions

 

 

 

Touch screen mobile phone

Des Applications Mobiles Pour Propulser Vos Affaires

Des Applications Mobiles

Parmi les caractéristiques qui font le succès des entrepreneurs, on note une capacité à maximiser la productivité individuelle et à trouver des manières plus efficaces de gérer les tâches ou le personnel. La technologie offre à cet égard une aide particulièrement adaptée en proposant une gamme d’applications mobiles en constante évolution.

Aaron Strout, président de l’agence WCG (qui fait dans le marketing et les communications intégrés à l’échelle mondiale) tient un blogue mensuel pour Marketing Land, un quotidien en ligne couvrant tous les aspects du marketing numérique. Il s’emploie à relever les meilleures applis pour les spécialistes du domaine. Sa liste des 20 applications d’affaires les plus utiles de 2015 regroupe à la fois des outils nouveaux et ayant fait leurs preuves. On y retrouve de tout, de la gestion personnelle aux voyages, en passant par les médias sociaux et la productivité en entreprise (applis de collaboration). En voici trois exemples :

  1. Expensify — permet de numériser et de catégoriser les reçus pour gérer ses dépenses en déplacement.
  2. Confluence — pour créer des documents, organiser des plans et collaborer avec d’autres personnes numériquement.
  3. LinkedIn — toujours un chef de file dans les applications de réseautage d’affaires, cet outil a récemment été mis à niveau pour offrir plus de rapidité et de fonctions utiles.

Le site Web tech.co – qui traite des entreprises émergentes, des événements du secteur technologique et des ressources mobiles – nous donne pour sa part un aperçu des choses à surveiller au cours de la nouvelle année. Les entrepreneurs seraient bien avisés de consulter les prédictions de tech.co pour 2016 en matière d’applications mobiles. On y recommande aux entreprises d’utiliser des applis créant « un engagement plus personnel auprès des consommateurs ». On y fait également l’éloge de la mobilité d’entreprise (soit essentiellement l’habilitation des employés, des consommateurs, etc. grâce aux applications) — une tendance forte cette année. Et vous l’aurez deviné : la sécurité des applications est également un sujet brûlant d’actualité.

Le saviez-vous? Il existe des applis pour créer des applis! Un outil très pratique à cet égard est BuildFire, une plate-forme de pointe reconnue à l’échelle mondiale pour l’élaboration d’applications mobiles pour les entreprises, organismes, professionnels et revendeurs. Grâce à une conception intuitive et à un soutien à la clientèle basé aux États-Unis, BuildFire aide chaque semaine des milliers d’utilisateurs à créer des applications mobiles. En fait, plus de 50 000 entreprises ont déjà utilisé cette plate-forme de type « cliquer et éditer » pour monter des applications mobiles personnalisées destinées aux téléphones intelligents, aux tablettes et aux sites Web mobiles. Et nul besoin de détenir des compétences techniques pour y arriver. Élaborer votre application ne vous coûtera rien jusqu’à sa publication. Ensuite, vous devrez payer des frais mensuels modestes.

S’engager sur la voie de la technologie mobile est certes un investissement qui en vaut la peine. Récemment, Gartner Inc. — un leader mondial de la recherche et du conseil en matière de TI — annonçait que d’ici 2018, 50 pourcent des consommateurs dans les marchés parvenus à maturité utiliseront leur téléphone intelligent ou un dispositif vestimentaire pour le paiement mobile. « L’innovation touchant les applications, les dispositifs mobiles et les services de mobilité ont un impact sur les modèles d’affaires traditionnels, notamment dans la manière dont la technologie personnelle est employée à des fins de productivité et de divertissement », déclare Amanda Sabia, analyste principale chez Gartner. « Les directeurs de produits doivent reconnaître les caractéristiques de la clientèle à cibler pour ces nouveaux dispositifs et services, et comment les produits sont utilisés par ceux-ci. La connaissance du client est impérative si l’on souhaite saisir une part équitable du potentiel de revenus dans ce marché dynamique. »

Upset man holding credit card

Que Faire Quand Une Institution Financière Nouse Laisse Tomber

Peu d’événements sont plus déstabilisants pour le propriétaire d’une petite entreprise que de perdre le soutien financier de sa banque ou institution prêteuse. Ainsi, en 2013, une banque nord-américaine d’importance rompait ses liens avec des centaines de petites et moyennes entreprises (PME) en raison d’un changement d’orientation commerciale. Et ce n’est pas un incident isolé. « Des changements peuvent survenir dans les conditions globales qui influencent l’économie et le crédit », d’expliquer Sol Roter, président de Liquid Capital Corp. « Les institutions financières peuvent ainsi décider unilatéralement de cibler ou de fuir des pans entiers de l’économie, selon les circonstances. » Cela peut être le résultat des conditions économiques ou d’un changement dans leur profil de prêt.

Peu importe la raison, les résultats peuvent être dévastateurs pour les PME qui se retrouvent ainsi prises au dépourvu. Soudainement, les lignes de crédit se tarissent. Et si trop de créances s’accumulent, la PME peut se retrouver avec une crise de trésorerie sur les bras. « Un scénario de faillite n’est pas à exclure dans de telles circonstances », précise M. Roter. Alors, que pouvez-vous faire pour survivre si votre institution financière vous tourne tout d’un coup le dos? Heureusement, il existe bon nombre de portes de sortie, à condition d’être préparé.

« Vous devez d’abord comprendre dans quelle mesure vous avez besoin de financement, et ensuite mettre à jour vos prévisions et votre plan d’affaires le plus rapidement possible, mentionne Sol Roter. Menez une petite enquête sur vos finances et celles de votre entreprise pour voir si quelque anomalie ne devrait pas d’abord être corrigée avant d’approcher une nouvelle institution financière. De plus, effectuez une recherche d’inscriptions auprès des différents registres pour voir si une formalité à cet égard ne devrait pas être réglée a priori. »

Une fois que vous serez sûr de vous montrer sous votre meilleur jour aux yeux de la nouvelle institution financière, commencez à faire jouer votre réseau de contacts. Demandez-leur s’ils ont des entrées auprès des banques et d’autres prêteurs qui pourraient être disposés à faire des affaires avec vous. Demandez à votre comptable, avocat, courtier d’assurance ou à toute personne habilitée à le faire de vous recommander. Malgré tout, il arrive que les banques traditionnelles ne veuillent rien savoir des entreprises qui ne sont pas déjà florissantes. Sol Roter le confirme : « Si votre entreprise ne rencontre plus ses obligations financières, vous devrez regarder au-delà des banques et approcher des bailleurs de fonds non traditionnels comme les sociétés d’affacturage et les prêteurs acceptant les actifs comme garantie. »

Peu importe qui vous approcherez, il existe d’autres étapes qui vous aideront à vous préparer avant de rendre visite à une nouvelle institution financière. « Il est très important de bien se préparer, précise M. Roter. Sur le plan du crédit, si vous ne disposez pas d’un état financier à jour ou si vous n’êtes tout simplement pas prêt à discuter ou à traiter des questions difficiles, vous ne ferez pas bonne figure. »

Les prêteurs professionnels vérifieront vos antécédents et il serait illusoire de penser qu’ils ne verront pas les lacunes de vos finances, ou pire, les choses que vous tentez de dissimuler. « Divulguez tout à l’avance, conseille Sol Roter. Rappelez-vous aussi qu’à une époque où les médias sociaux sont omniprésents, il convient de scruter à la loupe votre présence en ligne, y compris vos profils personnels, afin de repérer tout aspect qui vous dépeindrait sous un jour peu flatteur. Tout contenu qui dénote un comportement irresponsable pourrait affecter votre cote de crédit et, en fin de compte, votre prochaine relation bancaire ou de crédit. »

Si vos affaires sont parfaitement en ordre, gardez quand même un œil sur les changements dans l’économie qui peuvent jouer contre vous. En effet, les banques ont tendance à considérer les entreprises à travers le prisme de leur secteur industriel respectif. « Les banques envoient bien des signaux au marché, de préciser M. Roter, mais ce sont des indications subtiles. Elles diront par l’entremise des médias que, par exemple, elles sont préoccupées par certains secteurs. Ces jours-ci, c’est le pétrole et le gaz qui inquiètent. Les compagnies pétrolières et gazières ne devraient donc pas s’étonner si les banques disent souhaiter réduire leur exposition dans ce secteur. Une décision défavorable de leur part pourrait ainsi ne rien avoir de personnel. » La leçon à tirer de tout ceci? Soyez préparé et restez constamment à l’affût des nouvelles relations financières à votre portée.

Recent funding diagram

Recent Fundings – February 2016

Upset man holding credit card

What To Do When A Financial Institution Breaks Up With You

financial breakup

Few events are more unsettling for a small business owner than losing the financial support of their bank or lending institution. In 2013, a major North American bank ended its relationship with hundreds of small and medium enterprises (SMEs) because of a change in commercial banking focus. It was not an isolated incident. “There can be changes in the overall economic or credit environment,” says Sol Roter, president of Liquid Capital Corp. Financial institutions, he says, “that may dictate whether to enter or leave whole industries, depending on circumstances.” This can be a function of the economy or a change in their lending portfolio profile.

Whatever the reason, the results can be devastating for SMEs that are caught unaware. Suddenly, lines of credit dry up. If too many receivables accumulate, it could push you into a cash-flow crisis. “It could even put you out of business,” Roter says. So what can you do to survive the sudden loss of your financial institution? Fortunately, the answer is plenty—if you’re prepared.

“You need to figure out what financing you need, and then update your forecasts and your business plan as quickly as possible,” Roter says. “Do a credit check on your firm and yourself to see if anything sticks out that you can correct before approaching a new financial institution.” Also, conduct a registration search to see if any registrations need to be dealt with in advance.

Once you’re sure that you’re in a position to put your best foot forward to a new institution, start working your network of contacts. Ask them if they have entrees with banks and other lenders that may want to do business with you. Ask your accountant, lawyer, insurance broker or anyone else you think can refer you. But sometimes conventional banks won’t touch less-than-stellar businesses. Says Roter: “If your business is hurting and out of financial covenant, you’re going to have to reach beyond conventional banks and approach non-traditional funders such as receivables financiers and asset-based lenders.”

Whomever you approach, there are other steps you can take to prepare for visiting a new financial institution. “It’s really important to prepare yourself properly,” Roter says. “On the credit side, if you don’t have an up-to-date financial statement, or you’re just not willing to discuss and deal with difficult matters, it doesn’t look good.”

Professional lenders will check into your background and it’s wishful thinking to believe that they won’t find shortcomings or, worse, skeletons. “Disclose it up front,” Roter says.  And in this era of pervasive social media, examine your online presence, including your personal one, for anything that may cast you in an unflattering light. Any  content that shows you behaving irresponsibly could affect your credit rating and, ultimately, your next banking or lending relationship.”

If your business is shipshape, keep an eye out for changes in the economic climate that may sideswipe you, as the banks tend not to view individual businesses in isolation. “Banks will signal into the marketplace,” Roter says, “but it’s nuanced. They’ll express in the media that, say, they’re concerned about certain sectors. These days it’s oil and gas. It shouldn’t be any surprise to oil and gas companies to find that the bank says it’s reducing exposure in that sector. It may be nothing personal.” The lesson here? Be prepared and always keep your eye out for new financial relationships.

Ready for help? Turn your open invoices into working capital with Liquid Capital’s Accounts Receivable Factoring Solution.