millennials gen y

Affaires : Le fossé entre les générations et la question des enfants du millénaire

millennials gen y

De nos jours, les propriétaires d’entreprise, employeurs ou leaders du monde des affaires se doivent de connaître les besoins de toutes les générations présentes dans leurs rangs, c’est-à-dire les baby-boomers comme les générations subséquentes dites « X », « Y » et « Z ». Pour établir des rapports efficaces avec employés, clients et parties prenantes, il leur faut comprendre les différences de valeurs entre ces générations – et les motivations qui les animent. Ceci aidera l’entreprise à fonctionner plus efficacement et en définitive, à améliorer ses bénéfices.

Le changement est inévitable… et il arrive plus vite que jamais

Si les générations précédentes ont peur du changement et sont déterminées à maintenir le statu quo, la génération Y et la nouvelle génération Z le perçoivent comme étant stimulant et normal.

On sait que, historiquement, certaines générations ont fait plus de vagues que d’autres. Aujourd’hui, ce sont les enfants du millénaire (également désignés par génération Y) qui ont mauvaise presse. Parmi nombre d’épithètes peu flatteuses décrivant cette cohorte représentant désormais la majorité de la population active, on dit souvent d’elle qu’elle agit comme si tout lui est dû, qu’elle est égocentrique, et qu’elle manque d’attention. Elle serait incapable de survivre sans téléphones cellulaires, aurait grandi avec des jeux vidéo et s’attendrait à tout avoir, tout de suite. Beaucoup disent des membres de cette génération qu’ils ne peuvent prendre une décision sans consulter d’abord toutes leurs connaissances. D’autres encore affirment qu’ils sont carrément paresseux et qu’ils s’attendent à être respectés simplement parce qu’ils se présentent au travail!

Mais ce n’est pas la première fois qu’un tel phénomène se produit, n’est-ce pas?

Revenons un peu en arrière. On se souviendra que les mêmes critiques acerbes ont été formulées à l’égard de toutes les nouvelles générations depuis la fin de la Deuxième Guerre. Pensez aux parents paniqués lorsque Chubby Checker est devenu une vedette. Et que dire du phénomène de « rébellion » causé par les Beatles, ou des jeunes conscrits qui refusaient de servir sous les drapeaux lors de la guerre du Vietnam. Les jeunes ont bouleversé l’ordre établi à chaque passage de génération et ce n’est pas une raison pour s’alarmer, bien au contraire!

En effet, chaque génération apporte une mesure d’innovation qui façonne notre avenir, et le leadership en entreprise peut faire toute la différence pour favoriser cette innovation.

Le leadership stratégique peut venir à bout de toutes les cacophonies

Comme le décrit l’ouvrage Confident Leadership in 21st Century Business: Bridging the Generation Gaps, assurer un rôle de leadership dans le monde des affaires actuel s’apparente à jouer le maître de cérémonie dans un cirque. Avec autant d’artistes sur scène, le maître de cérémonie doit reconnaître les talents de chacun et fournir à tous les outils dont ils ont besoin pour assurer une prestation réussie.

De même, un chef d’entreprise doit reconnaître les différentes générations au sein de son équipe et modifier outils et stratégies pour collaborer avec chacune d’entre elles. Son rôle consiste aussi à découvrir ce qui fait vibrer chacune et à utiliser cette information pour encadrer les capacités du personnel.

En affaires, un leader efficace tiendra compte du fait que la génération X préfère une information soigneusement canalisée, tandis que la génération Y nécessite du mentorat et des louanges pour s’épanouir, et que la génération montante, les « Z », a besoin de comprendre comment ses tâches s’intégreront à l’ensemble.

Nous avons créé les qualités de la génération Y

Bien que certaines personnes puissent percevoir les enfants du millénaire comme étant arrogants et exigeants, n’oublions pas qu’ils ont été élevés différemment des générations précédentes.

Nous leur avons décerné des trophées même quand ils ont perdu, et nous les avons félicités pour toutes les activités qu’ils avaient entreprises. En leur achetant tous ces gadgets électroniques, nous leur avons appris à comprendre l’intérêt des interactions rapides et d’une information instantanée à portée de main. Ils ont profité de chaque occasion pour apprivoiser le monde complexe de l’informatique, et on a chanté leurs louanges pour leur ingéniosité à résoudre les problèmes en un clin d’œil.

Puis, les styles de communications ont changé, et tandis que la génération Y entrait dans l’adolescence, le monde s’est brusquement transformé – des changements sans précédent comparables à ceux de la révolution industrielle sont survenus. Nous avons donc fourni des téléphones cellulaires à nos jeunes afin de pouvoir rester en contact avec eux, des téléphones intelligents avec accès immédiat à Internet, sans oublier les ordinateurs. Ces outils technologiques étant accessibles pratiquement en toute circonstance, ils en ont profité pour apprendre à s’adapter rapidement, à rester branchés sur le monde et à maintenir le contact entre eux à chaque instant.

La génération Z : une nouvelle cohorte qui bouleverse les affaires

Pour sa part, la génération Z n’a jamais connu un monde sans téléphones intelligents ou autres appareils connectés à Internet. Ses membres ont grandi dans un milieu d’instabilité institutionnelle et économique, sont fortement conscientisés à l’épuisement des ressources naturelles et aux changements climatiques, et sont branchés au monde et à leurs pairs par l’intermédiaire des médias sociaux. Ils ont toujours disposé d’une information à portée de main et sont des experts de la technologie et de l’analyse. Ils vont donc bouleverser encore davantage notre façon de faire des affaires. Pas même la génération Y ne sera en mesure d’appréhender facilement cette nouvelle évolution…

Les jeunes gens aiment repousser les limites. C’est ce qu’a fait chaque génération avant eux – et c’est très bien comme ça. Nous leur avons enseigné à essayer de nouvelles choses sans crainte. Nous les avons encouragés à découvrir des moyens novateurs pour atteindre leurs buts. Et cette génération fait preuve de génie. Les chefs d’entreprise découvriront qu’en encadrant la génération Z pour qu’elle trouve sa place dans l’organisation, ils arriveront à mobiliser ses connaissances et son enthousiasme. En définitive, ils pourront ainsi améliorer leurs résultats et grossir leurs bénéfices.

Oui, il est difficile d’encadrer des personnes qui en savent plus long que nous – et oui, ces personnes font les choses différemment. Bien que le souvenir d’un monde sans téléphones cellulaires et ordinateurs personnels soit encore présent à l’occasion, il est difficile d’imaginer les affaires sans de tels outils. L’avenir recèle des possibilités fantastiques, et les idées qui les révéleront proviendront sans doute des membres de la population active appartenant aux plus jeunes générations.

Nous vous encourageons donc à les encadrer et à les guider. Évitez consciencieusement de les brimer en leur imposant un carcan trop étroit. Soyez au contraire reconnaissant du courage de ces générations porteuses du changement.

 

Auteure d’ouvrages sur les affaires et conférencière, Rosemarie Barnes met en évidence les défis auxquels les leaders peuvent être confrontés lorsqu’ils interagissent avec plusieurs générations dans un même milieu de travail. Pour en savoir plus sur la manière dont le fossé entre les générations affecte le bon fonctionnement et les bénéfices des entreprises, nous vous invitons à lire Confident Leadership in 21st Century Business: Bridging the Generation Gaps, un ouvrage maintenant offert sur Amazon (au Canada et aux É-U.). Pour inviter Rosemarie Barnes à titre de conférencière, écrivez à l’adresse rbarnes@confidentstages.com. Pour plus d’informations, visitez confidentstages.com

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *